La Gloire de mon Père

Clôture de la vente dans
Durée de la vente Du. Au.
Vente clôturée
  • Le Sud-Ouest
  • Rouge
  • Unité
  • Boire/Garder
La Gloire de mon Père Agrandir l'image
La Gloire de mon Père

Le nez est très mûr : fruits noirs, réglisse, violette et nuances toastées. La bouche est généreuse avec une tramme serrée et une longue finale sur la fraîcheur.

Remarquable d'équilibre.

Noté 3.0/5 par 1 clients

Social Imprimer

Caractéristiques du vin

  • La cuvée : La Gloire de mon Père
  • Le millésime : 2014
  • Appellation : Côtes de Bergerac
  • Couleur : Rouge
  • Cépages : 53 % Merlot, 35 % Cabernet Sauvignon, 12 % Cabernet Franc
  • Terroirs : argilo-calcaire
  • Vendanges : manuelles
  • Type de viticulture : biologique
  • Contenance : 75cl

Dégustation - Garde

  • Œil : violacé
  • Nez : fruits noirs, chocolat, réglisse
  • Bouche : dense, mûre et fraîche
  • Service : 16°C
  • Boire avant : 5 à 7 ans
  • Boire à partir de : 2016
  • Vinification : fermentation longue de 30 j en cuve
  • Élevage : 12 mois en foudres puis 6 mois en cuves

Accords Mets/Vins

  • Accords met/vin : confit de canard

Domaine :

C'est toute une famille qui est à l'œuvre sur cette propriété de 55 ha converti en agriculture biologique comprenant une grande variété de terroirs. Luc de Conti les exploite au mieux via des sélections parcellaires  qui confèrent à ses vins une typicité remarquable.

Avis clients :

  • Note et avis deGeorges L Publié le 05/05/2017

    Beau vin mais déséquilibre fruits/tanins, belle fraîcheur en finale - avril 2017

    Il n'y a pas encore de commentaire

    Région :

    Voir les dernières ventes dans cette région

    Région hétéroclite regroupant une multitude de petites appellations, il s’avère difficile d’y trouver un fil conducteur. En effet, on y trouve tous les styles de vins, souvent originaux et d’un bon rapport qualité-prix.

    Elle constitue aussi un musée ampélographique à ciel ouvert en raison des nombreux cépages anciens que l’on ne trouve plus que là-bas (on en dénombre plus d’une centaine). Cela donne des vins rustiques qui flairent bon la tradition, d’autant qu’ils s’accordent remarquablement avec la cuisine locale qu’on ne présente plus.

    Inutile de chercher une cohérence climatique ou géologique : ce serait peine perdue !

    En regroupant les pièces de ce puzzle géant, on arrive à une superficie totale de l’ordre de 50.000 ha et à une production d’environ 1.600.000 hl.

    Les AOC, au nombre de 25, sont, pour les plus connues : Bergerac, Cahors, Madiran et Jurançon qui livre de magnifiques blancs secs ou liquoreux.

    Les principaux cépages utilisés sont : en Rouge, le malbec, le tannat, le fer servadou, la négrette et le duras. En blanc, le petit manseng, le gros manseng, le colombard, le len de l’el (loin de l’œil) et le mauzac.

    Les derniers millésimes

    • 2011: Production abondante avec des degrés alcooliques élevés et une acidité basse. Les vins rouges seront vite prêts à boire. Les blancs sont gras et expressifs.
    • 2012: Millésime tardif et hétérogène. Vins rouges peu tanniques à boire rapidement. Grands Jurançons secs.
    • 2013: Vins blancs très réussis et de bonne fraîcheur. Année plus difficile pour les rouges mais qui pourraient révéler de belles surprises.
    • 2014: Paradoxe du millésime : des blancs de garde et des rouges à boire jeunes. Les premiers sont racés et denses, les seconds plus légers et fruités. Magnifiques moelleux qui combinent sucre et acidité. 

    Retour en haut de page